novembre 28, 2021

Oncamo

Bien-etre &Santé

Madrid étudie plusieurs cas suspects de la variante delta plus du coronavirus

4 min read

« Nous allons probablement détecter certains cas en fonction de ce que nous disent les laboratoires de nos hôpitaux », a déclaré lundi le ministre de la Santé, Enrique Ruiz Escudero.
Madrid a introduit la semaine dernière le modèle de détection de la variante delta plus du coronavirus et étudie déjà plusieurs cas pour déterminer s’ils correspondent à cette sous-lignée du delta à plus grande capacité de transmission, entre 10% et 15%. Le ministre régional de la Santé de la Communauté de Madrid, Enrique Ruiz Escudero, a fait état hier matin de ces infections en cours d’investigation, dans une interview sur Onda Madrid, et a déclaré qu’il est  » probable  » que certaines d’entre elles soient positives.

« Je pense qu’aujourd’hui dans la journée [lundi] ou demain au plus tard, nous allons probablement détecter un cas d’après ce que nous disent les laboratoires de nos hôpitaux », a déclaré le ministre. En fin d’après-midi, un porte-parole du ministère a déclaré qu’ils étaient toujours en train « d’examiner tous les cas possibles avec les laboratoires » et qu’ils feraient un rapport dès qu’ils auraient un résultat concluant. En Catalogne, il y avait déjà eu un cas ce week-end ; le ministre de la Santé de la Generalitat de Catalunya, Josep Maria Argimon, a confirmé samedi que cinq cas avaient été détectés jusqu’à présent.

« Nouvelle variante

Selon la dernière mise à jour de la situation épidémiologique des variants « préoccupants et intéressants », la lignée AY.4.2 (le delta plus) est considérée comme un « nouveau variant en cours d’investigation » depuis le 20 octobre au Royaume-Uni. « En Espagne, jusqu’à la semaine 41, quatre cas de cette lignée ont été enregistrés dans la base de données SiViEs [le réseau national de surveillance épidémiologique] » et en outre, selon le rapport, « dans la base de données internationale GISAID, les séquences correspondant à cette lignée originaire d’Espagne atteignent 35 : Catalogne (26), Castilla-La Mancha (3), Castilla y León (2), Madrid (2), Communauté valencienne (2) ».

Selon les analyses effectuées jusqu’à présent en Angleterre, il n’y a pas encore de résultats solides sur cette sous-lignée : « L’avantage du taux de croissance par rapport aux autres lignées pourrait correspondre à une augmentation de 10-15% de la transmissibilité du virus, mais il est encore trop tôt pour être sûr que c’est la raison de l’augmentation observée ». D’autres facteurs, ajoute le rapport, « tels que les circonstances épidémiologiques qui ont pu favoriser l’expansion de cette lignée ou la possibilité d’un certain degré d’évasion de la réponse immunitaire » sont encore à l’étude.

-19Santé

Dans l’interview radiophonique, le journaliste a demandé au ministre s’il était « préoccupé par le fait qu’il y avait 3 000 Anglais circulant sans masque dans Madrid il y a quelques jours. « Nous sommes inquiets lorsque les mesures qui doivent être prises ne le sont pas, mais nous savons que les Madrilènes sont très conscients », a répondu Ruiz Escudero, qui a fait allusion aux chiffres de la vaccination : « Près de 25 points de moins au Royaume-Uni qu’en Espagne ». L’Espagne compte 90,2 % de la population cible ayant reçu une dose et 88,4 % ayant reçu le calendrier complet le 25 octobre ; Madrid 89,1 % et 87,2 %, respectivement, selon le dernier rapport du ministère de la Santé.

Maintenant, a-t-il ajouté, « nous devrons voir à partir de quand les cas seront séquencés » : « Nous allons évaluer de quels cas il s’agit et à quelles dates ils se sont produits, et s’ils étaient liés, une bonne enquête épidémiologique pourrait être réalisée pour détecter [la chaîne de transmission] ».

Retour au niveau de risque moyen

Cela fait plusieurs jours que la Communauté a arrêté la tendance à la baisse en termes d’incidence cumulée et qu’elle est revenue à un risque moyen, supérieur à 50 cas pour 100 000 habitants au cours des 14 derniers jours. « Nous avions un plancher de 43 et maintenant nous sommes à 52, la bonne nouvelle c’est que nous continuons à baisser en termes de soins de santé, et c’est la meilleure nouvelle, c’est là que l’on mesure le pouls grave du coronavirus, dans nos hôpitaux et surtout dans nos unités de soins intensifs », a expliqué le ministre. Selon le dernier rapport du ministère, publié lundi, l’incidence cumulée à Madrid est de 49,9, et 363 patients sont hospitalisés, dont 81 dans des unités de soins intensifs.

« Au fur et à mesure que l’on progresse dans les mesures d’assouplissement, le nombre d’infections peut augmenter », mais cette tendance « légèrement à la hausse » n’est « comme dans aucune des cinq vagues précédentes », a déclaré Ruiz Escudero. À Madrid, il n’y a pratiquement plus de restrictions, à l’exception du port du masque à l’intérieur. Le 4 octobre, toutes les restrictions de capacité dans les restaurants ont cessé d’être en vigueur, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, à partir de lundi, les terrasses peuvent étendre leurs heures d’ouverture jusqu’à une heure du matin, les vestiaires peuvent être utilisés dans les lieux qui en sont dotés, et les cinémas, théâtres, auditoriums et espaces similaires ont retrouvé leur capacité à 100%.